A Las vegas cette année au consumer electronic show (CES), la réalité augmentée et virtuelle semble prendre son envol, avec une prévision de croissance du marché sur 3 ans, les logiciels et applications professionnels de ces technologies commençant à se déployer.

Les chiffres de ce marché seraient estimés à 90 milliards d’euros pour 2021 contre 3,9 milliards en 2016 ( selon eDigi-Capital dans un rapport publié en 2017) , dont 25 milliards pour la réalité virtuelle et 83 milliards pour la réalité augmentée (contre 2,7 milliards et 1,2 milliard en 2016).Démocratisées par l’industrie du jeu vidéo, si la réalité virtuelle crée un univers de toute pièce, la réalité augmentée permet de superposer des éléments virtuels dans le monde réel.

Ces technologies développées dans un marché dominé par la commercialisation grand public, commencent pourtant à se déployer dans les secteurs professionnels, l’enjeu majeur étant qu’une entreprise doit être capable de numériser entièrement ses produits et de manière optimale. Ce qui empêche pour le moment un réel développement en B to B.

Pourtant des sociétés comme Mimbus, (spécialisée en solution innovante sur les formations professionnelles) proposent déjà des simulateurs destinés à apprendre les métiers manuels.

Par exemple conducteur de ligne ou électricien, l’utilisateur est plongé dans une reproduction de site de production avec des scénarios personnalisés pouvant mettre en scène des situations complexes. Cet outil permet un apprentissage complet et dans le même temps ludique.

Face aux multiples perspectives de développement et à un marché à l’avenir favorable les Grands Groupes n’ont pas attendu pour investir : l’équipementier aérospatial SAFRAN a acheter des parts dans DIOTA (PME spécialisée dans les logiciels de réalité virtuelle) en 2016. Le groupe utilise maintenant ses logicielles en les appliquant directement dans leurs procédés industriels : Sur son site Safran Nacelles du Havre, le groupe a utilisé la réalité virtuelle pour concevoir des nacelles du programme A330neo d’Airbus

La complémentarité des technologies réalité virtuelle/ augmentée dans l’industrie permet leur utilisation sur toute la chaîne de production : quand l’une permet en amont la visualisation du design et l’industrialisation des produits, l’autre se positionne en aval sur les chaines de montage et la maintenance.

Cependant le véritable tournant attendu selon Tom Gauthier, fondateur de V-Cult concerne la future sortie d’une nouvelle génération de casque, plus performants, ils devraient augmenter de manière significative les possibilités d’applications industrielles, et en parallèle, le développement d’autres technologies de pointe telles que l’IA…

La science-fiction a déjà rejoint la réalité !

Lire la suite ici